pérégrinations guldesques

13 février 2017

"Je ne suis pas sortie de ma nuit" *

 

 

 

 

sainte-lucie-nuit

 

Sainte-Lucie de la Nuit, hiver 2016

*

 

*Annie Ernaux

 

 

 

 

Posté par guldologie à 14:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]


06 février 2017

AMOURS INTERDITES

 

 

affiche Louis X Gulliver

 

Affiche Strasbourg mon Amour, pour l'exposition "Amours interdites" au Graffalgar

dans le cadre de la quinzaine strasbourgeoise Strasbourg Mon Amour

 

UN SANG D'ENCRE X GULLIVER 

*

 

Vernissage ce jeudi 09 février à partir de 19h au Graffalgar, venez les tamanoirs aux orties!

L'exposition durera jusqu'à 25 février et se clôturera par une séance de dédicace 

du livre-objet "Ecrin(s)" en collaboration avec Marie Lamiable...

Mais on vous en reparle très vite!

 

*

 

 

 

Posté par guldologie à 18:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 janvier 2017

Sainte Lulu

 

 

 

sainte-lucie-des-yeux

 

Sainte Lucie, 2017

*

On ne voit bien qu'avec le coeur et tout, et tout.

*

 

 

 

 

Posté par guldologie à 10:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 janvier 2017

PREMIERE PARUTION

 

 

15826901_1126380977460891_9195396775878271819_n

 

En janvier 2017 je fais la couverture de Coze, l'agenda culturel alsacien!

Il y a également un portrait et une petite interview à l'intérieur.

 

15823378_1121616641270658_2706195566874773275_n

 

Voilà qui est formidable!

Bisous les crackers à poils longs,

 

Gulliver

 

*

 

Posté par guldologie à 17:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 janvier 2017

ZIG ET ZIG ET ZAG!

 

 

 

en-avant!

 

*

BONNE ANNEE LES CRAPAUDS JOUFFLUS!

Et voici....

 

Zig et zig et zag, la mort en cadence
Frappant une tombe avec son talon,
La mort à minuit joue un air de danse,
Zig et zig et zag, sur son violon.

Le vent d'hiver souffle, et la nuit est sombre,
Des gémissements sortent des tilleuls ;
Les squelettes blancs vont à travers l'ombre
Courant et sautant sous leurs grands linceuls,

Zig et zig et zag, chacun se trémousse,
On entend claquer les os des danseurs,
Un couple lascif s'assoit sur la mousse
Comme pour goûter d'anciennes douceurs.

Zig et zig et zag, la mort continue
De racler sans fin son aigre instrument.
Un voile est tombé ! La danseuse est nue !
Son danseur la serre amoureusement.

La dame est, dit-on, marquise ou baronne.
Et le vert galant un pauvre charron – Horreur !
Et voilà qu'elle s'abandonne
Comme si le rustre était un baron !

Zig et zig et zig, quelle sarabande!
Quels cercles de morts se donnant la main !
Zig et zig et zag, on voit dans la bande
Le roi gambader auprès du vilain!

Mais psit ! tout à coup on quitte la ronde,
On se pousse, on fuit, le coq a chanté
Oh ! La belle nuit pour le pauvre monde !
Et vive la mort et l'égalité !

 

HENRI CAZALIS, 1865

 

 

 

 

Posté par guldologie à 13:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]