20 août 2014

Amour sans fin

        Amour sans fin, linogravure, aout 2014     Se ranger toujours du côté des catastrophes naturelles. Retapisser la ville de mille tempêtes, magicienne des colères, sirène exsangue.   Sous ces ciels déchaînés, j'écris. Pour me rappeler d'où je viens et aussi sûrement où je vais. Du sable plein les cheveux, du sel dans les yeux, je ne connais que les chemins sous-marins, ceux qui cachent la vie sous la vie.   D'eaux troubles et d'écume, ils surgissent d'ici les mots, ... [Lire la suite]
Posté par guldologie à 09:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 août 2014

Marseille mon Amour

          La nuit était du papier- nous étions Encre: -"As-tu, ami, dessiné un visage ou une pierre?" -"As-tu, amie, dessiné un visage ou une pierre?"   Je n'ai pas répondu, Elle n'a pas répondu / nous avons aimé Notre silence- elle n'a pas de chemin Comme notre amour n'a pas de chemin.   Adonis, Mémoire du vent     ***        
Posté par guldologie à 15:26 - Commentaires [2] - Permalien [#]
07 août 2014

Obsession / découpages & linogravure

      Quelques Work in Progress par ici et un aveu: une obsession pour la sirène, je la cherche partout, j'en délaisse mes crayons même.         Toute première linogravure & un gros big up au Moineau qui a vu juste,  elle me plait bien cette histoire de grattage.    *** Et puis du découpage pour un projet du dehors:     *** "Dans le sillage de la sirène j'ai fait mon lit. Ils sont venus par milliers se lover en son sein, autant sont repartis... [Lire la suite]
Posté par guldologie à 17:15 - Commentaires [1] - Permalien [#]
05 août 2014

Courseulles sur Mer

      Du sable plein les chaussures, cinq filles remontant le creuset des générations.   Quelques jours à Courseulles-sur-Mer, Calvados, Normandie.   Entre les ciels hésitants, ses souvenirs sans failles remontent les rues, s'arrêtent parfois sur un pan de mur, une ruelle, un numéro de maison, une odeur, un son. Il y a nos cheveux emmêlés par le vent, le sel et la pluie, nos sourires entre les gouttes, sa mémoire qui perle sous un bunker à demi-enseveli, son passé qui parle dans le clair d'une fin... [Lire la suite]
Posté par guldologie à 14:48 - Commentaires [1] - Permalien [#]