28 janvier 2012

Let them eat cake!

        (Marie-Antoinette, enfant de la balle, un peu solitaire.)          
Posté par guldologie à 15:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

30 novembre 2010

Carnaval!

Je n'avais plus rien à offrirque l'éventail des masques dont tu me pares.Je m'en empare!Je ferais miens tout les rictus croisés en chemin,tu me reconnaitras à l'odeur, la peur en est une, puissante.Tour à tour Scapin, oiseau, gitane, enfant,tous nés de tes attentes.Et si je ne sais plus qui je suis, à quelle heure et comment,c'est que ton rire aiguise ma tourmente. Toi, tu peux te targuer d'être le seul.Toi quand tu ris,Toi quand tu bois,Toi quand tu lis,quand t'as envie de chier, quand tu rumines, quand tu fais tes p'tits yeux.Vrai,... [Lire la suite]
Posté par guldologie à 18:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
17 novembre 2010

Les filles à la vanille, les fruits de saison. Ou pas.

"Mon âme romanesque devenait moite et frissonnante à l'idée que je puisse être mêlé à quelque avanie scandaleuse."                                         Nabokov, Lolita, 1955De retour avec la caboche-à-ras-bord,juste assez pour faire déborder le vase et laisser dégouliner, liqueur indolente,le doux clapotis des idées qui vont,qui viennent.
Posté par guldologie à 22:48 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
17 juin 2010

Boris was méjicano. Olé.

Encore un vieux dessin, mais plus que jamais d'actualité puisqu'en ce moment je passe le plus clair de mon temps à l'hôpital.C'est une putain de période de merde et un jour, j'irais cracher du chili con cornesur leurs tombes. Si je savais où elles sont.Maintenant je voudrais qu'il pleuve très fortet qu'ça palpite en l'air!p't'être, comme ça j'entendrais plus les télés des cons qui regardent le foot, dès que j'ouvre une fenêtre.Une p'tite chanson qui fait du bien par où elle passe,My friends kill my folks, HERMAN DUNE...Sur moi ça... [Lire la suite]
Posté par guldologie à 21:07 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
26 avril 2010

Soyons désinvoltes, n'ayons l'air de rien.

Pendant qu'elle part faire la fête et consommer sa jeunesse,je compte.Je compte chaque minute passée à ne pas être rentable.Rentabilité de concours, de travail, d'argent,rentabilité d'investissement sur l'avenir, de prêt étudiant,de demandes de bourse pour enfin...Enfin quoi?"Prenez du temps pour vous... comment en êtes-vous arrivé là?"Ça mon vieux...m'en souviens plus.Je crois qu'au début je la suivais partout, mieux...nous ne faisions qu'un,les peaux de chagrin sont extensibles, oh oui.Mais depuis...il a bien fallu gagner... [Lire la suite]
Posté par guldologie à 16:37 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
22 avril 2010

Quand le sommeil t'ouvrira son mur noir...

...Que verras-tu, qui seras-tu ce soir?
Posté par guldologie à 17:33 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

15 avril 2010

Louise et la philosophie sous le comptoir....

... C'est Gottfried Benn* qui l'a dit.Chaque jour détruire une à une les mailles du tricot des certitudes.Anéantir Recommencer Questionner.Arrêter d'évaluer la distance entre le cassage de gueule et le risque encouru.Se prêter au Jeu, enfin!*ce qui ne veut pas dire que je sois en accord avec tout les préceptes du bonhomme,loin s'en faut d'ailleurs! En revanche, cet adage, balancé à la va-vite par le prof d'esthétique,m'a fait oune poquito cogitos il y a quelques temps de ça.
Posté par guldologie à 14:16 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
14 avril 2010

Louise et le complexe Oedipien

- " retourne te coucher."- "..."
Posté par guldologie à 12:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
30 mars 2010

Louise fait son nid.

Elle m'a dit que l'amour et l'amitié c'est pareil...et que toute façon on pourra faire c'qu'on veut,on va tous mourir un jour alors autant pas se casser la cabocheavec des questions qui cloisonne les catégories en carrés.Que le monde c'est rond comme le ventre, comme la tête et comme les géraniums aux fenêtres.Qu'il y a que dalle à ajouter et heureusement.Pour Lisa et son Petit Prince.
Posté par guldologie à 22:39 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
25 mars 2010

Louise et le souffle au coeur.

Je crois qu'il était question de jouer aux mots.Elle, ne connaissait pas les nôtres et c'est toujours au pied de la lettrequ'elle se posait. Les expressions désuètes ou l'argot contemporain c'était son terrain-à-tourniquet et pour sûr, ça partait dans tout les sens!Moi, je crois, j'arrivais plus à suivre et j'ai dû m'endormir.Entre les deux réalités, une image, des chuchotis brumeux, ouatés..." Fais-nous l'soufflocoeur!" Et d'un moindre mal, d'un ralenti d'la boîtàpulse'la v'là qui nous sort le grand jeu, la poésie... [Lire la suite]
Posté par guldologie à 12:30 - - Commentaires [3] - Permalien [#]