24 juin 2012

Un sourire qui ne dit pas son nom

    Cendrine Rovini, Lucrezia, date inconnue   La Grande Innocence s'est paré d'un sourire, du genre à vous en faire sauter le caisson de contentement. Un sourire qui ne se refuse pas, qui ne peut que s'échanger, qu'on ne peut garder au fond, qui inonde tout et même les autres. C'est un sourire qui balaye toutes les incertitudes, un sourire pour se plonger à l'intérieur et savoir qu'il y fera bon, un sourire qui tiendra chaud quand l'hiver deviendra mordant. C'est un sourire qu'on oubliera pas, surtout pas,... [Lire la suite]
Posté par guldologie à 18:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 avril 2012

Riez si m'en croyez, n'attendez à demain

      Lisa et moi, février 2012   Ne plus jamais se vautrer dans la désespérance, ne traverser les gens, la vie et les autres qu'en hurlant de rire, en passant pour une folle. Des éclats souples qui viennent du fond de la gorge, éclaboussent tout le monde, se déploient dans l'écho, résonnent dans le silence, un rire de démente, un cri de vie. Être ivre de joie, n'exister que pour l'éphémère d'un éclat de rire, se gausser, en chialer et même parfois en oublier de respirer, trouver partout des prétextes,... [Lire la suite]
Posté par guldologie à 08:58 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
06 juin 2011

Les livres

Ca a commencé par la bibliothèque, il en dépassait de partout, ça s'écornait avec faux-plis et déchirures, une calamité. Menaçants même: du Apollinaire sur le coin d'la bille si tu passes trop près, c'est pas sympa. Fallait bien s'y coller, ça ferait pas d'mal même si la poussière pique toujours un peu les yeux, au début. Là j'ai vu: les siens, les miens, ceux qui appartiennent aux autres mais on sait plus qui. Ceux donnés par le père, annotés par la mère, offerts par la grand-mère*, les amis, ceux qu'on a lu pour eux, pour mieux... [Lire la suite]
Posté par guldologie à 18:41 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
06 mai 2011

Tu vas pas crever & les vieilles rengaines, épisode I.

  (format A4 à peu près, crayon de couleur, encre de chine, feutre)     Tu vas pas crever! ...qu'elle se disait très fort quand la chamade battait trop vite mais rien à faire, ça lui dézinguait la boîte-à-pulse et v'nait lui tripoter les tripes chaque fois qu'elle pensait l'avoir bien pansé enrubanné rafistolé raccommodé.   Il en fallait du souffle et de l'abnégation pour que ça sonne juste, à nouveau. Les mots, les cris, le tournis tout ça c'était que dalle seul le vieux râle coincé entre... [Lire la suite]
Posté par guldologie à 11:46 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
16 février 2011

Polyphonie.

Trois femmes, trois couleurs,simultanéité sonore et délibéréepour une symphonie capillaire,philharmonique tressée,d'un chant battant au rythme d'une féminité orchestréepar les sinuosités graphiques,monodie mélodique,et tribulations tripartites. Et pour l'heure, à moi Paris!A bientôt mes amis.
Posté par guldologie à 11:32 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
19 novembre 2010

On parlait d'indolence?

L'esprit tapi dans la torpeur éprise de paresse, procrastinatrice de l'in extremis,entre tout labeur je sèmeles graines-allégresses,les vaines promesses...Engraisse ma mollesse d'un léthargie vénéneuse,d'une liturgie enjôleuse,d'une pieuse liesse...Mon petit canapé,soigneux refuge fessier,mon petit oreiller,prompt accoudoir plumémon petit repose-pied....trop loin du canapé.Fainéantise assassine,tribulations mesquines,ronds de fumées prisonniersd'un ennui primesautier,rimes en -é,j'ai le verbe qui fait l'guet.L'angoisse du temps qui... [Lire la suite]
Posté par guldologie à 17:56 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
10 janvier 2010

Faut croire que la nuit m'inspire...

Trois heures du mat', déjà dimanche.Je rentre à peine de chez lili et je suis presque pas saoule.Je rentre et je pense à nous, réunies le temps d'une photo (cf. photo du 03 janvier 2010)pour mieux se séparer encore... je me dis "merde" et aussi "c'est trop con tout ça".Je n'ai pas envie d'être grossière.Je veux écrire une chanson à mes amies.Lili la chantera, bientôt je vous ferais entendre sa voix.J'ai des souvenirs alors.......A nos nuits blanches <!-- @page { size: 21cm 29.7cm; margin: 2cm } P {... [Lire la suite]
Posté par guldologie à 03:15 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
07 juillet 2009

De branches en branches

<!-- @page { size: 21cm 29.7cm; margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } -->    De branches en branches     mais moins gracieuse qu'un oiseau   découdre chaque bourgeon   en prenant bien soin   de faire de l'ombre au soleil   becqueter pour sa pomme   toujours trouver le ver   picorer quand même   par ennui et nécessité   arrogance du regard fuyant   fuite devant la... [Lire la suite]
Posté par guldologie à 16:46 - - Commentaires [1] - Permalien [#]